A la recherche de l’âme soeur

Sites de rencontre sur internet, associations, universités du troisième âge, centres d’aide sociale... Ce ne sont pas les possibilités qui manquent pour rencontrer l’âme sour. Où et comment rencontrer des hommes et des femmes de son âge ? Et comment s’y prennent les autres pour refaire leur vie ?

Contenu :

Les sites de rencontre : pourquoi pas ?
Les associations pour célibataires
Les petites annonces : tout est dans la première rencontre
Des cours à l’engagement social
Laisser faire le hasard...
Quelques sites de rencontres
Adresses utiles

Selon Joke De Vloed, sociologue et consultante relationnelle, trouver un nouveau compagnon ou une nouvelle compagne dépend beaucoup du comportement que l’on adopte. Et elle parle en connaissance de cause puisqu’elle organise régulièrement des workshops pour célibataires au Relatiestudio. Voici donc ses conseils...

« Surtout ne vous précipitez pas, déclare d’emblée Joke De Vloed. Ne vous dites pas: je dois absolument trouver quelqu’un, sinon je vais finir mes jours complètement seul(e). Si vous vous mettez une telle pression sur les épaules, vous courez tout droit à l’échec. Les autres le sentiront et vous fuiront (J’ai jeté mon dévolu sur toi et je t’aurai !). Ne commencez vos recherches que lorsque vous serez vraiment prêt(e). Et ne vous compliquez pas trop la tâche. Soyez positif et ne vous dévalorisez pas. Oubliez certains clichés qui ont la vie dure : Je ne suis pas riche, je ne roule pas en Rolls... les femmes ne vont jamais s’intéresser à moi. Ou Je suis trop âgée et pas assez jolie, les hommes ne regardent que les jeunes... Ne vous croyez pas nul si vous avez fait chou blanc au bout de six mois. Prenez votre temps. L’amour et la confiance sont des sentiments qui doivent mûrir. Et surtout : considérez votre recherche comme un jeu, comme un loisir. L’humour peut, en effet, faire des merveilles ».

Les sites de rencontre : pourquoi pas ?

En l’espace de quelques années, les sites de rencontre sur internet sont devenus un moyen très populaire de se faire de nouvelles relations. La plupart d’entre eux sont gratuits ou presque. Le principe est simple: vous complétez votre profil et fournissez une brève description de votre physique, puis vous précisez le genre de personne que vous recherchez et dans quelle région. Un logiciel sélectionne alors les candidats susceptibles de vous convenir. De nombreux sites permettent de consulter des profils sans devoir en remplir un soi-même. Vous pouvez alors entrer en contact par e-mail, voire chatter, avec les hommes ou les femmes qui ont retenu votre attention. C’est une façon de faire connaissance en ligne, avant une éventuelle rencontre.

Les dangers de ce genre de sites ? Parmi les centaines de profils se cachent parfois des mauvais plaisantins, des aventuriers, des gens malintentionnés ou des menteurs. Prudence donc : ne donnez JAMAIS votre adresse ou votre numéro de téléphone ! Décidez toujours d’un endroit neutre pour la première rencontre. Il est plus honnête de joindre une photo à votre profil (autant choisir un cliché qui vous avantage mais qui ne date pas de plusieurs années !).

Malgré ces risques, les sites de rencontre offrent des pistes intéressantes. On n’y trouve pas que des jeunes, loin de là. Grâce à eux vous pouvez rencontrer bien plus de gens que ceux que vous fréquentez dans votre cercle de connaissances. Par le biais d’internet vous pouvez communiquer avec des gens du monde entier. La majorité des internautes limitent cependant leur champ d’investigation à ceux qui parlent leur langue, et ce dans un rayon de 50 kilomètres de leur domicile. « Ne vous dites pas Ce n’est pas pour moi, conseille Joke De Vloed. A tous ceux qui se sentent encore vulnérables après une séparation ou un deuil, ce genre de sites permet parfois de se lancer un peu plus facilement. Soyez réaliste dans vos attentes; il y aura des déceptions. On garde parfois de l’autre une image idéalisée, même après avoir échangé des tas d’e-mails. La première entrevue peut alors se révéler décevante. Si vous sentez qu’un site de rencontre ne correspond pas à vos attentes, abandonnez. Si, en revanche, il vous convient, continuez... Il se peut que la bonne personne ne se présente qu’au bout de dix ou quinze tentatives. Mon conseil : ne pas se lancer avec trop de sérieux, savoir garder de la distance. Et si vous recevez des réactions humoristiques, c’est souvent que vous êtes sur la bonne voie. En général, les sites payants sont souvent plus sérieux que ceux entièrement gratuits. Les gens qui paient sont dans une autre démarche. »

Retour

Les associations pour célibataires

Les sites de rencontre ont le désavantage de compter parmi leurs usagers, inscrits ou non, bien plus d’hommes que de femmes. C’est l’inverse qui se produit dans les clubs et associations non-commerciaux pour célibataires. Ce qui n’empêche pas ces clubs de poser leurs exigences et leurs conditions. « Il ne faut surtout pas venir avec l’idée de trouver l’âme soeur, souligne Annie de Vall, fondatrice de l’association luxembourgeoise CGL (le Cercle des Grenouilles dans le lait) pour célibataires de 40 ans et plus. La solitude est un enfer, capable de mettre ceux qui en souffrent en marge de la société. Ceux qui sont longtemps restés seuls ou ont vécu un difficile travail de deuil, doivent avant tout retrouver un équilibre de vie, afin de pouvoir lier de nouvelles amitiés. Ce type d’associations peut s’avérer d’une aide précieuse. »

« Ne vous adressez à ce genre de structure que si vous vous sentez bien dans votre peau et jamais en plein travail de deuil, conseille Joke De Vloed. Le grand avantage, c’est que, au sein du club, vous pouvez prendre le temps de faire connaissance et de fréquenter les autres dans des situations qui les révèlent vraiment. Désavantage, il faut avoir la discipline de se rendre au club régulièrement, de pousser la porte et d’entreprendre une activité. Les premières fois, pourquoi ne pas y aller accompagné d’un(e) ami(e) ? »

Retour

Les petites annonces : tout est dans la première rencontre

Placer une petite annonce ou y répondre (et de préférence faire les deux) est une option tout à fait envisageable. Sachez toutefois que les petites annonces présentent aussi certains désavantages : le contact préalable se limite le plus souvent à un échange de courrier, suivi d’un coup de téléphone pour prendre rendez-vous. La première rencontre se révèle donc cruciale. Et la responsabilité du succès ou de l’échec incombe pour moitié aux deux intervenants.  » Ecoutez votre vis-à-vis et observez-le, conseille Joke De Vloed. Que dit-il (elle) ? Comment s’exprime-il et qu’est-ce que cela suscite chez moi ? De cette façon, on troque un éventuel fantasme contre une image nettement plus réaliste et terre à terre. Réagissez aux propos de l’autre par une réponse franche. Ce que vous dites me fait du bien ou Là, vous me voyez perplexe... N’hésitez pas non plus à donner à la conversation un tour qui vous convient mieux. Dites alors quelques paroles aimables telles que Et si nous parlions maintenant de ceci ou de cela... A mesure que l’entretien avance, l’honnêteté prend de plus en plus d’importance. La question est de savoir si vous pouvez vraiment faire confiance à cette personne ! Analysez vos sentiments sans faux-fuyants. Si elle vous plaît, vous pouvez le faire comprendre ( J’aimerais vraiment qu’on se revoie) et reprendre rendez-vous. Si ça ne colle pas, soyez franc : Je suis heureux de vous avoir rencontré mais je ne souhaite pas fixer un second rendez-vous. »

Retour

Des cours à l’engagement social

Si vous avez fait le choix de reprendre une activité sociale, vous êtes sur la bonne voie. C’est un excellent moyen d’échapper à la solitude. Pensez à suivre des cours de formation pour adultes, à faire du bénévolat, à vous inscrire comme membre actif d’une association, pas forcément destinée aux célibataires d’ailleurs, ou à prendre part aux activités d’un centre d’aide sociale.

Les avantages : peu d’exigences à la base et une atmosphère détendue. Rien d’obligatoire, ici. Il est vrai qu’on ne s’y rend pas pour trouver l’âme soeur mais pour s’épanouir et se sentir utile. C’est une formule qui laisse le temps d’apprendre à découvrir et connaître l’autre.

« De plus, les cours ou les activités sociales offrent une excellente échappatoire à ceux qui ont souffert d’un deuil ou d’une séparation, explique notre consultante en relations. On stimule ses connaissances, on offre son aide aux autres, ce qui peut aider à retrouver toute sa confiance en soi.

C’est l’occasion de vivre de belles expériences et d’améliorer sensiblement son quotidien. Physiquement aussi, on en voit les bénéfices : on rayonne, on gagne en vitalité et les autres le sentent. Résultat ? On se sent si bien que, parfois, on en arrive à se dire qu’au fond, on n’a besoin de personne. Et c’est précisément dans cet état d’esprit-là qu’on fait le plus facilement des rencontres ! »

Aide sociale, cours et formations, vie associative peuvent également présenter certains inconvénients : vous croiserez, par exemple, des gens qui sont souvent déjà en couple. Mais que cela ne vous empêche surtout pas d’espérer une belle rencontre. Si vous êtes vraiment déçu(e), vous pouvez toujours revenir sur votre décision et explorer une autre voie.

Retour

Laisser faire le hasard...

C’est plus courant qu’on ne le croit. Le coup de foudre frappe souvent au moment où l’on s’y attend le moins, à un endroit totalement inattendu. « La vie est pleine de ces hasards et coïncidences, assure Joke De Vloed. Ce serait dommage de laisser passer une occasion, sans quoi on risque de le regretter pour le restant de ses jours. La bonne réaction au moment même ? Prendre son courage à deux mains et aborder la personne, en lui disant Excusez-moi, cela va sans doute vous paraître étrange mais je ressens pour vous une sympathie spontanée et j’aimerais beaucoup que l’on se revoie. Au pire, vous essuyez un refus, et après ?

L’important, c’est de ne pas être resté figé ou impuissant face aux événements. Soyez vous-même, naturel, abordez la personne d’un ton humoristique au besoin... »

Retour

Quelques sites de rencontres

  • Flashdate : le principe du speed dating, soit 7 femmes, 7 hommes et 7 minutes pour voir si ça « colle » ou non. Inscription gratuite sur le site ou par Tél : 02 373 15 45. Prix de la soirée : 35 ?, une boisson comprise.
  • Rendez-vous : le site de rencontre le plus visité de Belgique. On y retrouve aussi des 50 ans et plus mais, hélas, pas mal d’annonces bidon. Lisez attentivement les Trucs et Astuces. Prix : 12 A pour 6 mois.
  • Meetic : site de rencontre pour personnes de tous âges. Inscription gratuite. Certaines fonctionnalités sont payantes. Possibilité de paiement par unités prépayées et abonnement d’un ou trois mois, ou encore d’un an.
  • Match : site de rencontre pour personnes de tous âges. Inscription gratuite. Certaines fonctionnalités sont payantes.

Retour

Adresses utiles

  • Le Relatiestudio organise des workshops d’une journée pour vous apprendre à mieux communiquer lorsque vous cherchez l’âme soeur. Lors de mises en situation on y découvre, par exemple, comment réagir lors d’une première rencontre.
    Renseignements par Tél : 02 675 20 23
  • Coeur à coeur organise des rendez-vous dansants pour personnes de tous âges (dès 21 ans) « au coeur libre », ainsi que diverses activités (vacances célibataires, nuits événements, petits restaus sympa...). Inscription : cotisation « Avantages » de 12 mois, 75 ? (donne droit à des réductions sur les entrées) ou cotisation « Golden Pass » de 6 mois, 125 ? (donne droit à l’accès gratuit à toutes les soirées).
    Infos et achats des pass Tél : 010 84 58 29 ou rens. généraux au siège social Tél : 010 84 54 99 – rens. soirées 24 h sur 24 Tél : 0900 10 421
  • À Bruxelles, l’asbl Les Centres de Contacts regroupe 7 centres de rencontres, fréquentés par quelque 70.000 personnes.
    Rens. auprès du secrétariat, Tél : 02 279 36 50, adresse : place Sainte-Catherine 19 à 1000 Bruxelles.
  • Epistola asbl : regroupement des solitudes, centres de rencontres actifs à Bruxelles, Liège, Namur, Verviers et Chimay. Egalement contacts par correspondance.
    Inscription à l’essai, 2 mois 7 ? .
    Infos siège social : rue des Taxandres 5/bte 6 à 1040 Bruxelles. Tél : 02 733 06 40
  • Excellent moyen de nouer contact, tout en faisant travailler ses méninges, les Université du 3e âge : pour connaître toutes les adresses – il en existe à Bruxelles et dans toutes les grandes villes, y compris Barvaux, Huy, Saint-Hubert, La Louvière... – adressez-vous à l’asbl AFUTAB, l’Association des universités de tous âges en Belgique, Rampart de la Vierge 13 à 5000 Namur. Tél : 081 72 46 87
  • CGL (« Cercle des grenouilles dans le lait »!) : association principalement active en province de Luxembourg.
    Tél : 061 230399 et www.cglbelgium.be

Retour

Contenu partenaire